Je vais bientôt mourir

Je vais bientôt mourir
Ce sera dans un siècle
Ce sera dans un jour
Ce sera seule avec
Ma peine de toujours.
Je vais mourir un soir
Le cœur vide de joie
Délaissée par l'espoir
De retrouver ma voie
Mon sang coulera par terre
Comme des ruisseaux de honte
D'avoir trop laisser faire
Mon désespoir qui monte
Mes mains blanches et glacées
Rejoindront le bitume
Heureuses d'avoir tirer
D'avoir fuit l'amertume
Je vais bientôt mourir.
Je vais mourir une nuit
Traînant mon esprit noir
Dans les heures de l'oubli
Celles de vos cauchemars
Elles vont me libérer
Ces maléfiques heures
Sous leur ciel étoilé
Ou plus noir que mon cœur
Qui n'a pas su trouver
Une âme pour mon âme
Et la nuit va m'aider
A enfoncer ma lame
Je vais bientôt mourir.
Je vais mourir à l'aube
Les yeux dans la rosée
Quand par une étrange chose
J'avais enfin cru trouver
Un espoir pour ma voie
Une âme pour mon cœur
Moins de sang chaque soir
Et un sens à mes heures
C'est le sourire aux lèvres
Que je mourrai ce matin
Et mon esprit qui s'élève
Vers de plus beaux lendemains
Je vais bientôt mourir.
Je vais mourir un soir
Une nuit, un matin
Mourir de désespoir
Ou d'un rêve enfantin
Né dans une illusion
Par le soleil tué
Lui montrant sans raison
La triste vérité
Alors pourquoi attendre
La venue de la Mort
Puisque je vais comprendre
Bientôt mon triste sort?
Je mourrai aujourd'hui
Noirceur CÚleste - Ăsthetic WebDesign - 06-01-2001
-
Revenir à l'accueil de la rubrique Poetry
-
Revenir à l'accueil