Bientôt


Un matin, une nuit, je me réveillerais
Paisible et tranquille, après avoir rêvé
A tant d'heures et de jours, et de vies espérées
A une mort meilleure, et qui me sauverait
Et qui m'enlèvera de mon intime cauchemar
Eteindra le poison de ma lente existence
Et qui m'emmènera dans sa macabre danse
Une seconde j'hésite, finalement je pars
Bientôt des cris perçants la glace du silence brisent
Quelques formes pleurant ce départ si soudain
Tandis que je m'envole, m'envole vers ma fin
Car j'ai fui cette vie, ce monde que je méprise
Car je n'ai pas trouvé ma place en cette terre
Et peut-être serai-je moins seule en enfer

Noirceur CÚleste - Ăsthetic WebDesign - 31-12-2000
-
Revenir à l'accueil de la rubrique Poetry
-
Revenir à l'accueil